Compteur piège à moustiques

Bonjour,

Je voudrais bricoler un truc comme ça :
https://www.bg-counter.com/

Besoin d’aide pour savoir si je dois brancher les LED infrarouges en série ou en parallèle, à votre avis ?

Détails techniques

Le capteur d’insectes breveté se compose de réseaux de LED infrarouges et de détecteurs de lumière qui fournissent une détection et une différenciation fiables et sensibles des moquito des autres objets entrant dans le piège.

Le cœur du BG-Counter 2 est une carte de circuit imprimé hautement intégrée qui intègre:

  • Un capteur infrarouge,
  • capteurs environnementaux pour la température, l’humidité relative et la lumière ambiante,
  • un module cellulaire pour la communication avec le serveur Web,
  • une carte SD pour le stockage des données embarquées, le contrôle des ventilateurs et des vannes CO2,
  • deux microprocesseurs puissants pour le contrôle et la communication

Je pense que tu n as pas besoin de t occuper de ça. Le capteur integre tous.
A voir la doc du capteur

Ça à l’air de fonctionner sur le principe de la barrière photo électrique. Une LED en émission et celle d’en face en reception. Si quelque chose passe au milieu, la lumière reçu par celle en réception baisse.

Du coup pour les LED en émission tu peux les câbler comme tu veux. Je ferai un bloc de LED en série série jusqu’à ce que la somme des tensions LED soit égale à la tension d’alimentation, puis des blocs en parallèle jusqu’à atteindre la quantité nécessaire (44, d’après la photo)

Pour les LED en réception, je les relieraient une par une à une entrée sur un microcontrôleur. (probablement pas la meilleure solution, mais c’est la seule que je saurais faire)

Mais je ne veux pas l’acheter, tout le fun serait de parvenir à
refaire qq chose de similaire.

Le problème est qu’il ne faut pas que les rayons des diodes émettrices interfèrent entre elles sur les diodes réceptrices.
Pour le dire autrement , à chacun sa chacune et il faut qu’il y ait déclenchement du compteur quand un seul (ou deux) rayons sont coupés…Et qu’une diode réceptrice détecte bien la coupure du rayon qu’a émis sa compagne située en face, et ne soit pas sensible aux rayons qui continuent à être émis par les diodes émettrices adjacentes…

Peut-être faut-il coder la fréquence d’emission/reception avec un code unique par paire de diodes en vis à vis ? C’est jouable ?

Et pourquoi pas utiliser des modules laser au lieu des diodes IR? Comme ça pas de problème de rayon IR peu précis…
Après une autre solution plus poussée niveau codage: une caméra et un tube avec un fond uni, et tu comptes le nombre de moustiques qui traversent la caméra (sans même parler de ML, juste une détection de l’insecte par différence de couleur des pixels pourrait faire l’affaire non?)

Il existe des LED avec un cone d’émission très faible (6°), pour que le faisceau n’interfère pas avec la LED d’à coté, il faudrait que les LED soit à moins de 50mm l’une de l’autre.
https://fr.farnell.com/osram-opto-semiconductors/sfh4550/emetteur-infrarouge-860nm-t-1/dp/1573495

La piste du laser est effectivement à creuser. Il faut parvenir à faire une « nappe laser » , je pense en rajoutant une lentille, reste à trouver laquelle… C’est cette technique qui est succintement décrite dans ce tuto : materiel_et_methodes-moustiques.pdf (654,3 Ko)

50 mm ça doit être jouable, ça laisse un espace suffisant pour le passage d’un moustique. En plus il est « aspiré » par le flux du ventilateur, le tout accéléré par un effet venturi en plus.
J’examine cette solution.
Merci

Je ne vois pas comment un moustique ne risquerait pas de se faire compter 2 fois en passant devant 2 led en même temps

Oui ça arrive, ils en parlent même dans la doc, mais promis je ne lui ferai payer qu’une entrée vers l’au-delà ! Et ça ne devrait pas trop fausser les statistiques.

La forme de la lentille est simplement un cylindre.

nappe

J’y aurai pas pensé, je vais tester ça, (laser + cylindre), merci.

Bonjour,

Suite de mes pérégrinations sur la démoustication de mon écosystème …
En attendant la mise au point d’un compteur visant les femelles (moustiques !) en recherchent de sang frais, je vais de façon plus simple essayer de tuer le mal « dans l’œuf », en amont. C’est moche, mais facile à mettre en œuvre et pas onéreux:

Mais le compteur serait quand même cool pour contrôler la baisse (ou pas ) de la population du cauchemar de mes nuits d’été… donc je ne lâche pas le projet.

Mais il faut faire la différence entre mâle et femelle.
ils ont des coucouniettes les mâles?
La il faut une IA

Pas la peine, on ne capture que les femelles quel que soit le type de piège. Dans les pondoirs, ça va de soi et idem pour les pièges à C02 car seules les femelles piquent les mammifères pour faire un repas de sang pour leurs œufs. Les mâles eux se contente de se piquer la ruche au nectar (fermenté) « Au bar de la prairie » et ils ne nous emmerdent pas. Conclusion il s’agit donc d’un piègage imminemment sexiste, il faut bien le reconnaitre.

Bonjour, je tombe un ans après sur ce projet et suis interessé de savoir si il a abouti et si oui avec quelle type de diode et de récepteur !
Merci

Non , désolé je n’ai pas finalisé, je me contente finalement de compter les piqures à mon réveil…

je suis pas spécialement intéressé par le comptage mais si vous avez une expérience positive au niveau piéges je suis preneur !!!
Le piége Canadien à base de pneu est intéressant ; je vais tester, sans oublier les vidanges réguliéres !!!

J’ai testé le petit piége avec lampe UV et aspiration et j’en ai pas attrapé un seul alors que le jardin est farci de « tigres » :angry: