[Wiki] SmartLock(R)


#21

Donc Raspberry (Pi Zero ?) + Arduino , c’est bien ça ?


#22

Bonjour.
J’ai vu un peu le principe du module RFID et
j’ai déjà reçu mes commandes de MFRC-522 RFID antenne +10 badges + 1 carte magnetique si ça peut aider.


#23

Un article qui pourrait être utile


#24

Ouverture par QR code (ou autre motif visuel) avec un rasp pi+caméra à travers la vitre! On pourrait imprimer des cartes de membre avec un QR code pour chaque membre à l’inscription .


#25

Je ne suis pas sur que cela soit une bonne idée finalement. L’ouverture de la porte sera très dure.

Je me demande s’il n’y aurait pas un/des embrayage électromagnétique dans ce que l’on a démonté du photocopieur :question:


#26

Le plus simple c’est juste un Arduino (ou autre microcontrôleur) avec du RFID, en supposant que le RFID est facile à lire depuis l’Arduino (ça a l’air), et qu’on peut le lire à travers la porte ou le mur (aucune idée), ou qu’on peut mettre le lecteur dehors (aucune idée non plus). Niveau sécurité c’est pas génial, mais ça demande quand même d’avoir un lecteur RFID et un badge à proximité pour le copier. Et c’est pas simple si on veut changer les badges autorisés (il faut reprogrammer l’Arduino) ou ajouter d’autres moyens d’ouverture (il faut redesigner la solution).

Raspberry + Arduino (ou autre) c’est le 2e plus simple. C’est un peu plus complexe et volumineux, mais beaucoup plus flexible. On peut faire une interface web pour ouvrir la porte et changer les codes. Niveau sécurité c’est très bon si on met du HTTPS et qu’on limite le brute force (codes de taille raisonnable et limiter les tentatives). On peut aussi mettre du RFID si on veut, avec les mêmes limites en sécurité. C’est probablement moins fiable (il y a probablement plus de chance qu’un Raspberry tombe en panne qu’un microcontrôleur).

L’ESP32 (ou autre microcontrôleur qui peut faire de l’HTTPS) c’est probablement le plus fiable et le plus secure, mais plus long à mettre en place.

Le mieux c’est peut être de commencer avec le plus simple puis d’améliorer en fonction des besoins et des possibilités. Et si on commence la solution simple avec un ESP32 au lieu d’un Arduino ça permet de faire beaucoup d’évolutions sans avoir à changer la partie matérielle.

Ça peut permettre de faire des essais oui. On n’a pas déjà du matériel de prêt pour le RFID à l’ACoLab ?

C’est apparemment pour faire client HTTPS, donc pour les appareils qui veulent utiliser des services sur internet. C’est pas utile pour nous à priori. J’ai regardé vite fait, mais ça a l’air de bien expliquer l’intérêt de l’HTTPS en tout cas.

Ça serait pratique effectivement. Mais c’est très facile à copier, juste avec une photo par exemple (un peu comme les clés vous me direz…). On n’a pas défini les conditions de sécurité, donc peut être que c’est suffisant pour nous ?


#27

Le RFID est plutôt sécurisé (c’est compliqué de dupliquer un badge) mais je ne pense pas que ça marche à travers la porte.


#28

J’ai eu une idée cette nuit. :fireworks:

On pourrait carrément faire notre propre moteur avec des aimants permanent (type neodyme) sur le rotor et des bobinage pour le stator. Le tout imprimer en 3D.

On pourrait le faire avec un rotor et un stator de “grand” diamètre (50-80 mm) pour augmenter le couple de sortie. Par contre, je ne sais pas comment faire le/les bobinage pour le stator.


#29

Stator fixe ou rotatif?


#30

Stator toujours statique

Et stator bobiné => moteur brushless


#31

Exactement, une idée de la complexité de la tache ?


#32

Déjà vu des protos imprimés sur YouTube. Mais vu l’application (une serrure ouverte plusieurs centaines de fois par an), j’éviterais. Enfin c’est mon côté comptable (aversion au risque toussa).


#33

@Thomas : j’ai fouillé dans mon grenier, je n’ai retrouvé qu’une alim d’imprimante ou scanner mais elle délivre 32Vcc. C’est peut-être un poil trop élevé pour un embrayage 24V !
Sinon, chez nos amis … il y a ça : alim 9-24


#34

Oui je crains que l’embrayage ne fume.


#35

On a trouvé 2 alims 24 V à l’ACoLab, et une 23 V.

Par contre les embrayages sont unidirectionnels. Mais en en mettant 2 inversés sur le même axe on peut avoir un bidirectionnel.

@francois a commencé de bricoler des trucs. Ça ressemblerait à ça :

Pour la partie logicielle on partirait sur un Raspberry Pi, avec une interface web pour ouvrir/fermer et modifier les codes autorisés, et une caméra pour scanner des QR codes à travers le hublot. On a tout ce qu’il faut à l’ACoLab à part une carte micro SD, donc à acheter. Pour la caméra on a une webcam et une caméra pour Pi, au choix. @etienne a un programme qui lit des QR codes sur la caméra.

Du coup pour mesurer le courant pour savoir si on est en butée il faudra probablement un convertisseur analogique/numérique.


#36

Ils sont bien bidirectionnels. J’ai pensé la même chose mais pour une raison que j’ignore, il y a plus de “jeu” dans un sens que dans l’autre. Un seul suffit, il faudra juste plus de tour dans un sens que dans l’autre.

Du coup on doit pouvoir monter l’embrayge directement sur l’axe du moteur et imprimer une pièce en 3D pour faire la liaison avec la porte.

Des idées pour fixer le moteur ?

Cool :+1:


#37

Les 2 “versions” sont bonnes ! :wink:
En fait, les embrayages sont bien bidirectionnels mais avec 2 fonctions lorsque celui-ci est alimenté :
L’embrayage est glissant dans un sens (horaire) avec un couple assez faible et bloquant (accouplement rigide) dans l’autre sens (anti-horaire)
Il existe les 2 modèles avec des sens inverses de fonctionnement.


#38

bonsoir,
j’ai des capteur ACS712 si vous voulez fair des test je n’en n’aurait pas besoin tous de suite.
Je compte les utiliser pour la version 3 de ma gestion de chauffage.
bonne soirée


#39

je suis passé ce soir à l’Acolab et apporté le prototype “module motorisation” de la serrure.
Il y a une petite reprise à faire sur le manchon d’accouplement entre l’axe moteur et la serrure (profil en croix). Ce sera fait pour samedi et on pourra faire le premier essai après avoir fixé le module sur la porte. Ce soir je n’avais pas le temps… Désolé, je n’ai pas pensé à prendre une photo et j’étais un peu pressé… Samedi, promis !:wink:


#40

On va essayer d’attaquer la partie logicielle cet aprem.

Pour l’architecture je propose de mettre sur le Pi :

  • une raspbian
  • un serveur web écrit en python qui gère les codes et contrôle le matériel, peut être avec flask
  • pour le stockage des codes et autres données peut être un bête fichier YAML
  • hachage des codes avec bcrypt (module python).
  • pour la partie frontend (html/css/javascript) peut être un truc moderne genre Material UI avec create-react-app
  • un serveur qui gère les connexions https et les transmet au serveur web, probablement nginx
  • pour générer et renouveler le certificat SSL acme.sh en mode DNS avec OVH
  • pour la lecture des QR code ce serait un programme indépendant qui envoie les codes au serveur web